samedi 31 décembre 2011

T'choupi fait son spectacle

Aujourd'hui (enfin hier, vu l'heure à laquelle je rédige ce petit article), grâce à Papa Noël, nous sommes allés voir Wan et moi, T'choupi fait son spectacle au Casino de Paris. Vous me direz que ma critique arrive un peu tardivement puisque demain est le dernier jour de représentation de notre pote T'choupi au Casino de Paris, mais il se trouve qu'ensuite il va partir sur les routes de France avec tous ses amis, donc, ça n'intéresse pas que les parisiennes.
Par ici pour voir s'il passe près de chez toi

Alors, alors T'choupi fait son spectacle et... et ? Et, c'est bien sympa. Un spectacle dédié aux enfants de 2 à 6 ans, où l'on retrouve le héros des petits ainsi que son Papa, sa Maman et ses fidèles amis Pilou et Lalou. Pour résumer, c'est l'anniversaire de la maman de T'choupi et ce dernier décide de lui organiser une superbe fête surprise avec la complicité de ses amis et de son papa. C'est coloré, c'est une vraie petite comédie musicale et les enfants sont ravis de voir en vrai le célèbre T'choupi, accompagné de son non moins célèbre Doudou. Ici, Wan a beaucoup aimé, il a été dans l'histoire d'un bout à l'autre de la représentation. Je n'ai pas hérité d'un modèle très "participatif" (tout du moins jusqu'à présent), c'est-à-dire que Wan ne tape pas dans ses mains, ne chante pas les chansons, ne répond pas aux questions, chez lui tout est dans l'observation... Cependant, autour de moi, il y avait de vrais petits "participateurs" et ils étaient enchantés de chanter avec T'choupi, de répéter "Gna-gna-gna" avec Lalou en colère contre Pilou ou de lever gaiement les bras au moment du boogie de T'choupi.
La représentation est coupée en 2 par une petite entracte de 20 minutes, je pense qu'il s'agit d'un petit temps de répit pour les comédiens qui dansant, sautant, bougeant dans leurs gros costumes doivent utiliser une énergie considérable ! D'ailleurs, je vous laisse juger par vous-mêmes avec cette petite vidéo :


Les petits bonheurs : le lieu est équipé pour les enfants (sera-ce le cas ailleurs, je ne peux que le supposer), réhausseur pour que les enfants n'en loupent pas une miette, table à langer dans les toilettes. Si vous arrivez avec un peu d'avance, les enfants pourront se faire prendre en photo dans le rôle de leur héros préféré et pour faire patienter les bambins lorsqu'ils sont installés, régulièrement T'choupi, Pilou et Lalou font des passages sur scène pour faire de bref "coucou" aux enfants.
Du côté des chansons, c'est mignon, festif et pas trop gnangnan et même musicalement les sonorités sont agréables, rien d'agressifs ou de neuneus.

Les petits malheurs : le gros malheur, c'est le prix. 20 euros pour les places les moins chères, 28,50 euros pour les places les plus chères (et j'ai vu que ce n'était pas mieux dans le reste de la France). Pour ce tarif, on pourrait attendre un changement de décor, des changements de costumes, voir les deux mais il n'en est rien. Le spectacle est court, au final sans l'entracte 1h, 1h15 à tout prendre, on peut considérer que c'est suffisant pour des tous petits mais j'ai vu des plus grands qui en auraient bien regardé un peu plus (Wan en premier). Il est également dommage que les enfants ne puissent à la fin du spectacle aller voir un petit peu leurs personnages favoris, ne serait-ce que pour prendre une petite photo à leurs côtés. Petit privilège assez courant dans ce genre de représentation et qu'on attendrait pour un spectacle qui se veut de cette envergure.A ce prix-là, j'avoue être un peu restée sur ma faim/fin.

Bon spectacle et à très vite !

mercredi 28 décembre 2011

Commentaire de texte

C'est un fait j'ai toujours été bonne en commentaire de texte. L'explication de texte, ce fut, c'est, ce sera mon talent. Dans ces conditions, je ne vois pas pourquoi je ne partagerais pas avec vous ce don qui m'a été légué à la naissance (au moins). Attention... Tadam... Aujourd'hui, sous vos yeux ébahis et sous vos applaudissements (merci Jacques de ta présence parmi nous), je vais vous commenter un texte profond et lourd de signification. Dès le premier commentaire, je vous envoie du lourd. Aujourd'hui, donc, je commente : Juliette fait un cauchemar. Oui nan mais nan, je sais, de prime abord ça a l'air d'un texte obscur, complexe, un brin métaphysique et vous avez envie de tourner les talons, mais voyez-vous, j'ai tellement de talent dans le commentaire que grâce à moi, vous allez le comprendre. Si c'est pas complètement din-gue ce que je vous mitonne !



Dans notre cas, je vais vous commenter Juliette fait un cauchemar version light, because, il s'agit d'un épisode de Juliette lu dans le magazine Abricot de Décembre.
Alors, alors, collons nous au texte, je ne vous fais pas languir davantage.
"Juliette se réveille en sursaut. Il fait noir. C'est la nuit. Elle a vu un dragon. Elle ne sait plus où elle est. Elle a peur, elle appelle : "Papa ! Maman !"
Oulalala, l'intrigue démarre fort. Notre héroïne se voit tout de suite confrontée à son terrible destin : le noir, le cauchemar. Une série de phrases courtes, mimant la respiration haletante de notre Juliette au sortir de son mauvais rêve. Cette répétition du pronom personnel "elle" qui place bien l'héroïne au centre de cette terrible tragédie. Et cette plongée dans sa tête, ciel "elle ne sait plus où elle est./Elle a peur, elle appelle" avec elle nous paniquons, au secours mais qui nous sortira de ce terrible enfer ?
Qui ? Et bien : "C'est son papa qui arrive." Tiens donc, son Papa, j'ai comme un doute, m'enfin pourquoi pas, il y a tout de même quelques rares spécimens masculins qui ne souffrent pas de surdité nocturne, la maman de Juliette a donc tiré le gros lot, car non seulement il entend mais en plus il se lève ! Cette histoire est décidément pleine de surprise (Wouhhh ! Je sens les papas de l'assistance tendus comme les élastiques de mon appareil dentaire quand j'ai su que je garderais le dit-appareil deux semaines de plus que prévus ! C'est vous dire !)
"Il lui demande : "Qu'est-ce qu'il y a ma Juliette ? Tu as fait un mauvais rêve ?" Quand je vous le dis qu'on a affaire à un vrai récit surprenant ! Moi, je m'attendais à ce qu'il dise (ce cher monsieur qui vient quand même de se faire tirer de son lit par les cris dans la nuit de sa fille) :"Hmpfffff ? Quoi ? Qu'est qui y a ? Sssssschut ! Arrête de crier, quoi !". Et bien, non, cet homme hors du commun a tous ses esprits, s'exprime calmement, il assure. Comment ça, j'suis juste jalouse ? Mais non, pas du tout, moi aussi la nuit j'assure... dans mes rêves ! Mais ne dévions pas de notre texte "Juliette dit en pleurant : "Il y avait un dragon..." Son papa la rassure : "Il n'y a pas de dragon ici." "Si, insiste Juliette, j'en ai vu un !". Alors là un dialogue bien senti qui montre comme les enfants lorsqu'ils ont une idée quelque part ne l'ont pas ailleurs. Un dialogue également qui nous tend vers la suite mais comment ce Papa va-t-il se dépêtrer de cette situation, quelle savante réponse va-t-il pouvoir donner ? Ah mes ami(e)s, quelle tension !
"T'inquiète pas. De toutes façons, moi, je suis chasseur de dragons, rien que mon odeur leur fait peur !" Alors là, vous aussi vous en restez comme deux ronds de flan ? Nous pensions pourtant être dans un récit plutôt fantastique voir merveilleux avec un papa qui se lève la nuit, qui garde son calme, qui sait réamorcer ses neurones en quelques secondes et boum nous voilà catapultés dans un vrai récit réaliste ! Oui, nous croyions avoir affaire à un papa fantasmé, mais non, c'est un vrai de vrai, un qui quand il se lève la nuit, sent le mâle nocturne, la preuve "[son] odeur leur fait peur [aux dragons]", c'est vous dire le niveau odorant que ce monsieur doit atteindre ! D'un coup, on plaint un peu la pauvre maman, m'enfin on peut quand même pas tout avoir ma bonne dame !
Malgré cet argument imparable "Juliette n'est toujours pas rassurée." Cf la partie "lorsque les enfants ont une idée quelque part, ils ne l'ont pas ailleurs".
"Alors Papa l'emmène faire une petite visite dans la maison. Aucun dragon nulle part !" Là pointe une certaine déception, j'ai un doute quant à la qualité de ce texte, l'auteur se doit de choisir : récit réaliste ou récit fantastique, mais tout en même temps, n'est-ce pas faire preuve d'opportunisme éditorial ? Parce qu'on ne me la fait pas à moi, que le parent qui se fait réveiller en pleine nuit par son môme hurlant, qui décide de lui faire faire le tour du propriétaire (toujours en pleine nuit, excusez-moi de me répéter mais ça n'est tout de même pas un point de détail), lève le doigt tout de suite que je vienne lui refiler mes miens de mômes certaines nuits. Oui, oui, je m'écarte du commentaire pur et dur mais faudrait pas non plus nous faire prendre des vessies pour des lanternes, hein ! "Ils arrivent dans la chambre de Papa où il n'y a qu'une gentille maman qui attend sa petite fille pour lui faire un gros câlin !" Donc, donc, le Papa se révèle impuissant et refile le bébé à sa femme, on pourrait croire à un retour du récit réaliste mais il n'en est rien, puisqu'en y regardant de plus près en plus d'avoir un père exemplaire, Juliette a une mère exemplaire et ça, ça ne paraît vraiment plus réaliste ! Vous me direz "qui se ressemble s'assemble" mais tout de même ! Donc, mesdames, prenons exemple un peu. Non, dans la nuit, quand notre enfant cauchemarde, nous ne devons pas répondre au père et à l'enfant "Pfff ! T'aurais pas pu gérer, je dors là ! Juliette retourne illico au pieu, y a pas de dragon, maman est crevée et si un dragon à la malheur de se pointer je te le mettrais minable rien que pour avoir la paix" Non, non, non, on est une "gentille maman" et on fait un "gros câlin", c'est pourtant pas compliqué, nom d'un chien ! 
Dites donc je sens que vous vous dispersez là,  tenez bon, nous arrivons à la pointe de ce fabuleux récit : "Puis Papa la reprend dans ses bras : "Allez, au lit ma Juliette, le chasseur voudrait dormir maintenant !" Ben voyons, après avoir mis 3/4 d'heure dans la gestion du cauchemar, tu m'étonnes (John ! Ouhhhhh qu'elle est mauvaise celle-ci), qu'il ait envie de regagner ses pénates le pater familias ! Quant à la Juliette, elle ne bronche a priori pas, tout est donc bien qui finit bien. Ouf !

Tout est bien qui finit bien chez eux. Parce que moi, depuis des jours et des soirs que je lis ce texte, une idée me hante : mais pourvu que ça ne donne pas des idées à Wan ! Manquerait plus qu'au prochain cauchemar, on soit obligé de se coltiner tout ce cinoche pour pouvoir le recoucher !

Bonne lecture familiale et à très vite !

dimanche 25 décembre 2011

C'est Noël...

Oui, c'est encore Noël pour quelques minutes. 
Alors, j'en profite car je suis légèrement en retard (mais si peu, hein) pour vous souhaiter un joyeux Noël !!! 
J'espère que vous avez usé et abusé des cadeaux.
Que vous avez usé et abusé des bons vins... 
Usé et abusé des bons mets... 
J'espère que vous avez usé et abusé des grands instants de bonheur. 
Mais aussi des petits instants.
Dans un monde où tout doit être consommé avec modération, j'espère que vous avez su abuser de générosité, de partage et de moments avec les vôtres. 
En ce noël 2011, j'ai simplement envie de dire : qu'il est bon d'abuser... La satiété et plus si affinités voici mon credo et j'espère que vous en avez fait le vôtre.

Joyeux, joyeux, joyeux, joyeux, joyeux, joyeux (oui abusons aussi de la joyeuseté, tiens) Noël à tous et toutes et à très vite ! 

mercredi 21 décembre 2011

Jour de fêtes au Grand Palais

Grand Palais et fête foraine, antinomique pour vous ? Allons donc, que nenni ! Pour sa troisième édition, place à Jour de fêtes au Grand Palais, c'est-à-dire une petite fête foraine installée dans la nef sous la grande verrière. Si Paris n'est pas merveilleuse !
Oui, alors d'accord, il va falloir faire la queue pour y accéder (ici on y a passé un quart d'heure top chrono) ; oui, alors d'accord il va falloir payer pour y rentrer (10 euros pour les enfants de 2 à 12 ans et 15 euros pour les adultes), mais tout à un prix de nos jours ma pauv' dame et puis, là les manèges sont à volonté ; oui, alors d'accord, encore, il va falloir refaire la queue à l'intérieur pour certains manèges, mais que voulez-vous quand on aime on ne compte pas (les minutes d'attente). 
Pour vous motiver, vous allez attendre, mais attendre en contemplant ça... 

ou ça...
Dans ces conditions, ce n'est pas vraiment attendre, n'est-ce pas ?

A l'intérieur, des manèges pour les petits et pour les grands, des stands de tir à la carabine, de pêche à la ligne, de crêpes, de churros, une vraie fête foraine en miniature.
Le clou du spectacle, une petite exposition éphémère proposée par le musée des Arts forains composée de leur plus jolies cibles de tir mécanique, sans compter au bout de l'exposition le droit de contempler "La reine Margot nue dans son bain", mais je n'en dis pas plus, je ne voudrais pas vous gâcher la surprise !

Les petits bonheurs : le lieu est splendide, c'est assez magique de faire du manège dans ce genre de lieu. 
Il pleuvait quand nous sommes sortis et ce depuis un petit moment, mais en dessous de notre verrière, nous n'avons pas été embêté par le mauvais temps. Une sortie à l'abri des intempéries en cette saison, c'est toujours bien agréable. 
Le regard de Wan, lors du tour de Grande Roue, un mélange d'émerveillement, de surprise et d'excitation, valait bien des discours. 


Les petits malheurs : les manèges pour les enfants sont dans un état très moyen pour certains, ça n'a gêné ni Wan ni Deuz, mais pour les parents cela cassait un peu le charme. 
Le manège à volonté, cela veut dire qu'à chaque tour, il faut redescendre, refaire la queue pour remonter. Pour les enfants de 2-3 ans qui ont encore du mal à gérer leur frustration, cela peut se révéler compliqué, cela peut donc exposer à des crises au moment de la descente. 
Les manèges sont gratuits, mais évidemment le reste est payant. Il y a certaines choses qui sont dans les prix habituels, un cornet de churros 5 euros, une crêpe au sucre ou une gaufre 3 euros. En revanche, en ce qui concerne les stands de jeu, la pêche au canard par exemple, ce n'est pas piqué des canetons (si vous me passez le mauvais jeu de mot), à 4 euros la partie ! De même à 5 euros, pour tirer la ficelle, on préfèrera tirer sur ses lacets, au moins au bout, est-on sûr de tomber sur une bonne paire de chaussures ! 

Bonnes vacances de noël à tous et à très vite !

lundi 19 décembre 2011

Jingle brèves, Jingle brèves, Jingle all the way ! #13

Eh oui, eh oui ! Il faut croire que l'esprit de Noël est revenu... avec mon eau chaude. Mais parlons peu, parlons bien (à cette heure indue de la nuit), que s'est-il passé cette semaine chez nous ?

Lundi : J'attends les plombiers qui ne viendront pas. A moi, bouilloire, bassine et mains gelées pour la vaisselle ! La vie est formidable, youpi, youpi !

Mardi : Ma première sortie scolaire côté Maman. Mon Wan n'a pas fait grand cas de moi, jusqu'à ce que l'ouvreuse veuille nous séparer au théâtre. Là, j'ai vu mon bout de chou s'affirmer, version "ok Maman peut s'occuper de mes potes et donner la main à d'autres mais faut pas pousser Mémé dans les orties au spectacle, elle est à côté de moi, nan mais oh" ! Ouf ! J'avais presque cru qu'il m'avait intégré dans le paysage scolaire, dites-donc !

Mercredi : C'est une première, nous laissons Deuz à la garderie et nous rentrons à la maison juste tous les 2 avec Wan. Eh bien, le Wan qui râlouille souvent après son frère qui l'embête, lui prend ses jouets et le colle trop quand il rentre de l'école, était drôlement content de le retrouver en fin d'après-midi.

Jeudi : Grève de la maîtresse de Wan oblige, je l'emmène avec moi faire les courses. Nous arrivons à la caisse et là, je découvre que la caissière à un effet bureau des plaintes sur mon Neumbeurre Wan ! Dans le texte, ça donne "bah oui, le Père Noël il va m'apporter des livres... Oui, que des livres, parce que moi, j'en ai pas beaucoup ! Oh oui, je veux d'autres livres, j'en ai pas beaucoup du tout !" Mais bien sûr, je pense qu'il se dit que tant qu'il n'atteindra pas la taille de MA bibliothèque, il n'aura pas beaucoup de livres. On est mal, on est mal (ndlf : j'ai appris de source sûre que Papa Noël allait effectivement apporter quelques livres. Ouf ! Encore un drame d'évité chez les Fola.).

Vendredi : que dois-je retenir, le Wan qui vomit tout son goûter sur le chemin du retour, le Deuz qui a dormi comme un loir tout l'après-midi à la hg, l'électricien qui après 2 heures de retard m'a réparé mon chauffe-eau (le saint homme) ou la machine à laver qui fuit à minuit et demi ?

Samedi : Ô, eau chaude, tu m'as tant manqué, maintenant que je t'ai retrouvé, je ne te quitte plus !!!

Dimanche : J'ai été pire que Fola, j'ai été folle, je suis allée au Auchan un dimanche avant les fêtes avec les 2 loustics. Petite discussion du soir avec Wan "- tu as vu il y avait beaucoup de monde, Wan, au Auchan ? - Oh oui, il y avait trop de monde ! - Tu as aimé aller à Auchan cet après-midi ? - Oh non, j'ai pas aimé du tout (avec la mine déconfite qui va avec.)" Oui, oui, je comprends bien, j'ai toujours détesté la cohue et je vois que j'suis pas la seule.

Bonne semaine à tous et à très vite !

samedi 17 décembre 2011

Plaidoyer en faveur du Père Noël

Amies, amis, je n'ai toujours pas d'eau chaude, ce qui, tu l'imagines bien, me met de mauvaise humeur au plus haut point. Or quand je suis de mauvaise humeur, me prend l'envie de défendre les gens, les opprimés, les bafoués, tout ça quoi ! Aujourd'hui par exemple, je vais me faire l'avocate du Diable, je vais me faire l'avocate du Père Noël (c'est dire à quoi en est réduite notre société pour que le Diable soit le Père Noël). Attention, si tu n'aimes pas les remarques acerbes, passe tout de suite ton chemin, une fois n'est pas coutume, il risque d'y en avoir quelques unes.

Deux cas de figure : soit tu navigues depuis un bout sur la blogosphère ou la forumosphère et tu vas vite comprendre de quoi je parle, soit tu ne lis que mon blog, parce que tout le reste te paraît vain et sans profondeur (comment ? Mes chevilles ? Elles vont bien, oui, merci. Gonflées ? Nan, pourquoi ?), et tu ne vois vraiment pas de quoi je parle mais tu vas comprendre, parce que dans mon immense bonté, je vais t'expliquer. Je parle d'une mode que l'on voit fleurir depuis quelques années sur la toile, la fameuse mode du "non, non, moi, je ne veux pas que mon enfant croit au père Noël".
Pourquoi je prends position, sans compter que je n'ai pas pris une vraie douche chaude depuis une semaine ? Et bien, parce qu'en premier lieu, j'ai trouvé bon nombre d'articles qui descendait en flèche ce pauvre Père Noël alors que je n'ai trouvé quasi aucun endroit où l'on vante ses mérites. En second lieu, aucun argument anti-Père Noël n'a réussi à me toucher. Oui, alors bon, on va dire que j'suis subjective puisque je suis une pro Père Noël mais tout de même si une fois, j'étais tombée sur un argument qui m'avait un tant soit peu fait vaciller, je ne serais pas en train de vous écrire ces lignes. Alors, alors, qu'a-t-il fait ce pauvre diable de Père Noël pour connaître ainsi la disgrâce ? 
- Premier argument, le fameux : "moi, quand j'étais petit(e) quand j'ai appris qu'il n'existait pas, j'ai été super déçu(e)" avec sa variante "moi, ça m'a complètement traumatisé et d'ailleurs j'en ai vachement voulu à mes parents" ! Wouala wouala ! Oui, je confirme que c'est décevant de devoir dire adieu à la magie de ce personnage, en même temps de là à être traumatisé et à nous le ressortir 15 ou 20 ans après, et bien moi, j'ai envie de dire : "soyez heureux brave gens" parce que sincèrement si dans votre enfance ceci est le plus grand traumatisme que vous ayez vécu, c'est donc que vous avez eu une enfance très heureuse, alors au lieu de nous faire un mauvais revival, méditez plutôt notre ami Goethe "Etre adulte, c'est avoir pardonné à ses parents". D'autant que là, les pauvres parents de quoi les accuse-t-on exactement ? D'avoir voulu faire rêver un peu leur progéniture ? Ouhhhh les vilains ! Ah non c'est vrai, ils ont fait bien plus grave, ils ont menti ! Wouhhhhh ! Mais où sont les tomates pourries que je puisse lyncher en place publique ces infâmes individus !
- Ce qui nous amène donc à notre deuxième argument, "je ne veux pas mentir à mon enfant alors que je lui apprends à ne pas mentir" ! Oui, oui, oui. C'est vrai, j'oubliais que nous sommes dans la culture du "Dites la vérité, rien que la vérité, toute la vérité, dites je le jure" ! Moi, bizarrement, cet argument me laisse de marbre parce que j'assume complètement le fait de mentir pour leur bien à mes enfants. Non, parce que si on va dans ce sens-là, le parent anti-Père Noël, quand il emmènera plus tard son môme chez le dentiste, il va lui dire quoi : "tu sais, je ne veux pas te mentir, tu vas avoir super mal. Tu vas sérieusement en baver, parce que tu vois les dents, ça fait vraiment, vraiment mais vraiment mal ! Et puis, surtout te dis pas qu'une fois la séance passée ça ira mieux, parce qu'après tu vas en avoir pour des heures avec la bouche anesthésiée, tu vas voir la loose. Ah nan sérieux, j'te plains, j'aimerais vraiment pas être à ta place". A la sacro-sainte vérité, que du bon, hein ! 
- "Oui, mais tu vois le Père Noël c'est commercial !" Ah ! Ah ! Ah! Le voici le voilà, le fameux argument du Père Noël inventé par Coca Cola, autrement appelé ces ordures de capitalistes. Alors que je rassure la population, il y a dû y avoir un terrible quiproquo. En fait, ce n'est pas parce que l'on fait croire au Père Noël qu'on est obligé d'acheter Coca Cola. Nan, nan, je vous assure ni actions, ni bouteilles ni canettes... Et puis, commercial, d'accord, m'enfin bon, il n'y a aucune loi qui empêche le Père Noël d'amener des cadeaux faits maison hein, j'suis sûre que les loustics ne seront pas contre, on sous-estime toujours la capacité d'émerveillement des enfants. Une petite question, d'ailleurs, pas de croyance au Père Noël car trop commercial, mais alors pas de cadeau de Noël chez vous ? Bon, bah alors là d'accord parce qu'il y a une vraie cohérence. Mais moi, je ne peux adhérer, car j'adore faire des cadeaux à mes loulous et que la période de Noël s'y prête bien...
- C'est là que pointe le dernier argument, le "je préfère qu'il sache que ces cadeaux viennent de Papa et Maman" suivi généralement d'un "je veux lui enseigner la générosité". Puis-je le dire ? Allez, tiens, je me lance. Cet argument est celui qui m'atteint, et de loin, le moins, voire même celui que je trouve le plus incongru. Donc, ne pas faire croire à son enfant, qu'un gars qu'il n'a jamais vu, qui consacre sa vie à faire plaisir aux enfants, qui oeuvre une nuit par an, sans attendre rien en retour, ni sourire, ni bisou, bref, si je résume ne pas faire croire qu'un vieux bonhomme fait acte de générosité en offrant des milliers de cadeaux juste pour le plaisir, ce n'est pas apprendre à son enfant la générosité ? Mais, mais, mais c'est justement ce que j'aime dans ce personnage, pouvoir m'effacer derrière lui. J'aime que Wan (Deuz est encore trop petit) croit qu'il existe dans le monde un être qui se dédie à la joie des enfants, qui offre sans demander de reconnaissance...
Notez que généralement les arguments anti Père Noël sont assez négatifs, le Père Noël est trop ci ou trop ça, il n'est pas beau, il n'est pas vrai, il est l'ignoble bête issue du mensonge. Etrangement, les pro Père Noël sont plus dans le positif, dans le registre du rêve, des étoiles dans les yeux des loulous, de la magie, celle en laquelle croient ces enfants qui ne sont pas encore contaminés par notre sens cartésien. Tout point de vue finalement, qui me touche plus. Ça doit être mon côté éternelle optimiste. Alors bien sûr, chacun fait ce qu'il veut avec ses enfants, et moi la première,  mais j'avais juste envie de dire : non, faire croire au père noël n'est pas has-been et oui, on peut être de bons parents en faisant rêver nos enfants, en leur ouvrant un monde de possibilités folles. 

Moi, je ne peux plus que me cacher derrière Hubert Reeves "Devenir adulte, c'est reconnaître, sans trop souffrir, que le Père Noël n'existe pas", donc bon, comme pour reconnaître qu'il n'existe pas, c'est bien pratique d'avoir pensé un jour qu'il existait, je vous laisse y cogiter, cqfd. 

Bon week-end à tous et à très vite !

vendredi 16 décembre 2011

La fatalité des fatalités

Lecteurs, trices, à une dizaine de jours de Noël, ne nous laissons pas emballer par la bonne humeur ambiante et parlons de choses graves. Oui, parfois, il me prend l'envie de parler de choses vraiment importantes, de vrais problèmes que nous rencontrons en tant que parents, de ces traumatismes qui font de vous un parent. Seulement voilà, face au traumatisme dont je vais vous parler, lecteurs, trices, nous ne sommes pas tous égaux. Non ! Il y a ceux qui le vivent et ceux qui ne le vivront jamais (et qui du coup s'évitent un traumatisme, les malins). Parlons donc aujourd'hui de la terrible fatalité qui s'abat sur les parents qui ont 2, voire 3, voire beaucoup (les grands fous) d'enfants du même sexe. 
 
Oui, oui, j'ai convié Sophie pour parler de ce vrai problème de société, moi-même vous me retrouverez dans le 2eme témoignage (cherchez bien dans le premier aussi, remarquez). Oui, je sais je suis méconnaissable mais je vous le dis entre nous camouflée sous la perruque noire et les énormes lunettes de soleil c'est moi. A présent place à Sophie ! 

- Nos invités d'aujourd'hui vont nous parler d'un vrai problème qu'ils rencontrent au quotiden, d'un problème sur lequel ils n'ont aucune prise et avec lequel ils doivent vivre... Nos invités ont tous un point commun, ils n'ont que des filles ou que des garçons ! Bonjour, MamanEnceinte, vous avez donc appris, il y a quelques semaines que votre deuxième enfant serait un garçon, racontez-nous comment ça s'est passé et votre réaction. 
- Bonjour Sophie, alors voilà, il y a deux semaines, lors de mon écho des 22 semaines, après que l'échographiste nous a annoncé que notre bébé allait bien, on lui a dit qu'on aimerait savoir le sexe. Nous avons déjà un petit loulou que nous adorons, nous voulions savoir s'il aurait un petit frère ou une petite sœur. Verdict : un deuxième petit gars. Nous sommes sortis du cabinet, comme bien des couples, sur notre petit nuage, un petit gars avec un fémur de petit géant, 2 mains, 2 pieds, un petit cœur qui battait bien, on croyait naïvement que tout était bien. On a annoncé la nouvelle à la famille et aux amis, on a bien senti que quelques uns nous cachaient une petite déception, une petite fille ça aurait été chouette, mais on savait qu'une fois le 2eme loustic là, il serait largement aimé et chéri. On planait toujours, Sophie, on était vraiment naïf ! Parce qu'il y a une semaine, au fil des rencontres et des discussions, j'ai compris qu'il y avait un problème. Ca a commencé tranquillement quand ma boulangère, qui d'habitude me demandait à combien de mois j'en étais ou si je n'avais pas trop de symptômes, m'a demandé "alors, fille ou garçon vous savez ?", moi toute heureuse, fière de moi, de nous, de ce petit être, j'ai dit :"un garçon" et là, ma boulangère s'est montrée vraiment compatissante :"ah bah, c'est pas grave, on choisit pas de toute façon". J'ai pris mon pain, j'ai dit au revoir machinalement et je suis rentrée chez moi, en me demandant pourquoi ma boulangère disait que ce n'était pas grave en ayant l'air de trouver ça vachement grave ! Ont suivi la pharmacienne qui m'a dit "c'est pas grave, finalement le tout c'est qu'il soit en bonne santé !" ah bah oui, tiens, j'avais presque oublié "finalement" c'est ce qui compte ; la caissière de mon supermarché qui m'a dit :"c'est pas grave, ça sera pour le prochain coup", suivi d'une petite mamie que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam et qui après m'avoir touché le ventre sans mon accord m'a asséné un "c'est pas grave, la fille ça sera le petit troisième" ! En vrac, mes réactions : "ben tiens, j'ai même pas encore fini çui-là que je vais déjà penser au suivant... et puis, pourquoi qu'elles me disent toutes que c'est pas grave d'un air atterré ? et puis mince, mon bébé va super bien mais pourquoi les gens sont compatissants envers moi ?". J'ai fini par comprendre, Sophie, la terrible nouvelle, mon bébé et moi sommes déjà en échec des diktats de la société. La réussite en terme de parentalité, c'est d'avoir un enfant de chaque sexe, du coup avec nos deux garçons, nous sommes un peu les loosers de la famille parfaite. Voyez-vous, Sophie, j'espère juste être à la hauteur pour lui, pour affronter cette difficulté d'être le deuxième garçon, ce terrible fardeau que je lui... que je lui... pardon Sophie, les hormones, les émotions, ça me submerge ! Ce terrible fardeau que je lui lègue.
- Merci MamanEnceinte de ce témoignage bouleversant. Je me tourne maintenant vers vous Mamande2gars (et non pas Maman de Degas, ouh ouh ouh !). Vous êtes maman de deux jeunes garçons, au quotiden comment ça se passe, quel est le regard des autres sur votre famille, comment vivez-vous cette différence ? 
- Bah oui Sophie, tout d'abord, je tiens à dire que je me suis complètement retrouvée dans le témoignage de MamanEnceinte. Ici aussi, ça a commencé comme ça. Ensuite notre P'tit Deuz est né, avec T'chéri, on l'a trouvé magnifique, on l'a aimé tout de suite. A la maternité, on a oublié ce qui nous attendait dehors et puis les premières semaines, ça allait plutôt bien. Dans la rue, dans les commerces ou dans le voisinage, on s'émerveillait juste sur ses petites mains, sa petite frimousse ou ses siestes magistrales. Et puis, est arrivé le moment où l'on a commencé à me demander "une petite fille ?". Et oui, les premiers mois, c'est toujours compliqué de reconnaître le sexe du loustic. Et c'est là que le drame a commencé, sans cesse, je répondais "non, un garçon... non, un 2eme petit gars", et sans cesse, j'entendais "c'est pas grave, ça sera pour le petit troisième". Ce que ces gens oublient, c'est que ce deuxième enfant est un vrai rayon de soleil, un vrai supplément d'âme, une vraie personne. Nan, Sophie, je vous jure, cette déception quotidienne face à mon P'tit Deuz, ça m'a vraiment fait du mal. Maintenant, c'est moins souvent parce que les gens voient que c'est un petit garçon, donc ils ne se sentent pas toujours obligés de me dire que "c'est pas grave", mais certains le pensent si fort que je peux les entendre. Sans compter, ceux qui usent carrément de cet argument pour nous inviter le T'chéri et moi à nous remettre au boulot : "alors, vous nous la faites quand la fille ?".  Franchement, Sophie, j'suis à bout, j'suis fatiguée, deux garçons dans notre monde, c'est vraiment dur, y aurait pu y avoir pire, mais ça aurait vraiment, vraiment été môôôô(sanglots)ôôôô(re-sanglots)ôôô-che ! 

Ah ! Lecteurs, trices, je sens deux remarques qui te brûlent les lèvres. Alors, oui, en fait, il n'y avait que des témoignages de mamans de 2 garçons, je m'en excuse, je n'ai pas pris le temps d'aller sonder mes copines mamans de deux filles, je me suis donc rabattue sur une maman que je connais plutôt bien (je vous laisse devinez qui) ! Et oui, aussi, j'en fais un peu, beaucoup, trop. Cependant, le prochain qui me dit "c'est pas grave" en parlant de mes deux garçons, je lui fais bouffer ses chaussettes, c'est compris !!!

Bonne fin de semaine à tous et à très vite !!!

dimanche 11 décembre 2011

Brèves... #12

Je vais commencer ces brèves en m'excusant brièvement. Non, je n'ai pas tout laissé tomber, le veau, la vache et le blog cochon... et le cochon... et le blog... Misère, vais-je y arriver ? Je suis toujours là, je suis vivante. En dépit d'un tout petit article sur le blog cette semaine, tout va bien, à peu de choses près. Nan, le problème tient à la brève du jeudi et je préfère vous le dire, moi quand je n'ai pas ce qui se trouve dans la brève du jeudi et bien, je suis de mauvais poil, je n'ai (presque) plus envie de parler, alors écrire, je ne vous en parle même pas (quand je vous dis que je n'ai plus envie de parler) ! Bref ! Avec un peu de chance, les gentils messieurs qui passent demain devraient me rendre mon inspiration !


Lundi : Premier jour d'adaptation à la halte-garderie pour mon P'tit Deuz. Il prend ses marques tranquillement. J'aime le découvrir dans son nouvel univers, son regard sur le personnel, son attitude face aux autres et sa passion pour les téléphones : un dans chaque main pendant une heure !

Mardi : Ce n'est plus mon anniversaire depuis 2 jours, mais T'chéri étant au travail le jour J et en repos ce mardi, c'est le jour qu'il a décidé de m'offrir pour mon anniversaire. Je n'ai pas emmené Wan à l'école, j'ai pris mon p'tit dej à 10h30 au lit, je n'ai pas fait le déjeuner, et pourtant je me suis régalée de côtelettes d'agneau et de tagliatelles fraiches, je suis allée me faire chouchouter tout l'après-midi dans un hammam, je ne suis pas allée chercher Wan à l'école, j'ai enfilé une jolie robe, je n'ai pas fait de diner et je suis allée au restaurant en amoureux avec le T'chéri. Une journée rien que pour moi, cela m'a fait un bien fou, merci T'chéri, tu es vraiment le T'chéri des T'chéris...

Mercredi : Fin d'après-midi, nous sommes au manège. Wan choisit pour son premier tour un joli hélicoptère. Pour le deuxième tour, il opte pour une voiture, la voiture de Barbie. Etonnement du T'chéri "Wan, tu en as d'autres des voitures, tu as celle de Buzz l'éclair, tu ne préfères pas ?". Wan refuse la proposition, il a visiblement très envie de faire un tour dans cette voiture qui n'a pourtant comme intérêt que d'appartenir à Barbie. T'chéri demande "mais Wan, pourquoi veux-tu aller dans celle-ci ?", Wan regarde alors d'un air entendu le T'chéri et lui répond : "parce que dans celle-là, je vais pouvoir attraper la queue du mickey !". Wan n'a pas attrapé la queue du Mickey (tant mieux d'ailleurs, on se gelait ce jour-là) mais nous avons adoré sa façon de mettre en oeuvre cet embryon de stratégie pour arriver à ses fins.

Jeudi : n'auriez-vous pas sauté les autres jours pour arriver directement à celui-ci ? Comment ça, non ? J'ai comme un doute, tout de même. Jeudi donc, Wan adore la méthode lavage à l'ancienne avec rinçage à la bassine, eau fraichement apportée de la cuisine, tout ça tout ça. Lui, il est mort de rire dans la baignoire. C'est chouette, ça veut donc dire qu'il y en a au moins un dans cette famille qui trouve très drôle que le chauffe-eau soit en panne et que nous ne puissions plus prendre de douche.

Vendredi : Dernier jour d'adaptation pour P'tit Deuz. 1h30 tout seul à la halte-garderie. Ca se passe somme toute assez bien, même si le jeune homme très fatigué était trèèèèèèèèèèès content de retrouver sa maman. Mercredi prochain, retour à la Hg pour deux heures tout seul comme un grand, c'est beau le progrès.

Samedi : Wan est parti passer le week-end chez sa tata Ka et Deuz, après une semaine d'adaptation, ne cache pas son plaisir d'avoir sa maman rien que pour lui. Fusion, fusion quand tu nous tiens...

Dimanche : j'ai lu quelque chose qui n'a pas encore été édité et qui est drôle, émouvant et tellement, tellement "vécu". Vivement que cela puisse venir intégrer ma bibliothèque histoire que je puisse vous en parler pour de vrai.

Bonne semaine à tous et à très vite !

Ps : les gentils messieurs, qui doivent passer demain, sont donc des plombiers ! Mon inspiration qui tient à un fil... de plomberie, mais où va le monde ? 

mercredi 7 décembre 2011

Ma lettre au Père Noël

Finalement, je ne vois pas pourquoi la lettre au Père Noël ne serait qu'un privilège de l'enfance. Regardez, moi par exemple, je suis restée une grande enfant devant l'éternel et même devant le Père Noël, donc je ne vois pas pourquoi je n'aurais pas droit moi aussi d'exposer mes quelques requêtes à notre vieil ami du Pôle Nord. Voici donc ma prose au Père Leon, euh non, au Père Noël.


"Cher Père No,

Alors voilà, comme je sais que ton temps est précieux, rapport aux centaines de milliers d’autres lettres que tu as à lire, je vais la jouer courte et aller direct à l’essentiel. Je vais tout de suite te mettre à l’aise, je ne te demanderais ni  la jolie petite robe que j’ai repéré dernièrement chez h&m, ni les œuvres intégrales de Saint-Exupéry dans la Pléiade et encore moins le dernier album de Cœur de Pirate. Toutes choses,  tu en conviendras, Père No, que le T’chéri, ma famille, voir même ma belle-famille, peuvent m’offrir ! Nan, écoute, comme on sait toi et moi que tu es magique, je vais te demander du niveau pour ce noël ! Non, non, me la fait pas à l’envers un mec vieux comme toi qui vit depuis des siècles, qui n’est ni touché par Alzheimer ni par la sénilité - faut voir la mémoire que t’as ! Vas-y que tu te retiens les souhaits des enfants du monde entier,  que tu te rappelles ceux qui ont été sages ou pas sages, etc., etc. - et qui garde sa joie de vivre malgré l'obligation de porter chaque année une tenue que même Yvette Horner à sa grande époque n’aurait pas osé, moi je dis qu’il y a forcément quéque chose de magique là-dessous. Donc, donc, revenons à nos moutons, voilà moi ce que je veux pour Noël, c’est pas grand-chose pour toi et ce sera beaucoup pour moi. 
1) tu m’offres des vraies nuits de 8h la semaine et de 12h le week-end ! Oui, oui, tu as bien lu, fini les « ouin, ouin » des petits sous-prétexte qu’ils ont les dents qui poussent, qu’ils ont perdu leur tétine ou qu’ils ont fait un cauchemar et puis aussi, fini les réveils trop matinaux avec demandes de dessins animés, pains au chocolat ou mug de nesquick, hein !
2) tu m’offres des enfants qui n’aiment plus l’opposition. Oui, oui, des mômes qui ont le sourire quand je leur dis qu’il faut aller se coucher, qui me disent qu’ils m’adorent quand je leur dis que ce n'est pas l’heure du manège et qui me couvrent de bisous quand je dis qu’on éteint la télé.
3) Et c’est le dernier point. Tu m’offres le don de transmettre le goût du rangement. Oui, tu te débrouilles comme tu veux, mais si je pouvais d’un coup d’un seul hériter d’un magnétisme qui encourage mes loustics à jouer à un jeu à la fois et à ranger quand ils ont terminé, le salon, la cuisine, le couloir , l’entrée et moi, nous t’en serions éternellement reconnaissants.
Voilà, j’te retarde pas plus longtemps ! Je te rappelle que j’ai été sage toute l’année et que si tu n’accèdes pas à mes « petites » requêtes, l’année prochaine c’est décidé, je ne fais plus appel à tes services, j’embauche ton concurrent le père fouettard et c’est plié !
J’te claque la bise et je te dis à très bientôt,
Fola"

Bon "jour des enfants" à tous et à très vite !

lundi 5 décembre 2011

1eres brèves de décembre #11

Les voilà, les voilà ! Elles sont belles, elles sont fraiches, voilà mes brèves ! Le beau temps est revenu, ainsi que mon anniversaire. Mais pas dans cet ordre-là. Cette semaine adaptation à la halte-garderie pour p'tit Deuz et pour moi aussi, va falloir que je m'habitue à le laisser le bout de chou l'air de rien... Sinon, ¿ qué pasa la semana pasada (oui, oui, j'suis polyglotte, ça vous en bouche un coin. Je sens que ça va en faire rire beaucoup qui me connaissent bien.) ?

Lundi : un ami me fait remarquer par un doux euphémisme que mes articles contiennent beaucoup de points d'exclamation. Je vérifie et je me rends compte que non, il n'y a pas beaucoup de points d'exclamation, il n'y a même pas trop de points d'exclamation, il n'y a QUE des points d'exclamation !!! Donc, premièrement je remercie cet ami pour cette précieuse remarque et deuxièmement, je me soigne à coup de points.

Mardi : Deuz nous gratifiait depuis quelques temps de 2-3 pas par-ci par-là, mais ce soir, il se lance pour de bon. Il enchaîne des dizaines de fois des allers-retours entre un canapé-un fauteuil, une table-une bobby car ou encore l'entrée-sa chambre. C'est fou comme le début de la marche à quelque chose d'émouvant en tant que parents. Est-ce qu'on ne retrouve pas là-dedans l'image de nos ancêtres décidant de passer de l'horizontal à la vertical pour la première fois et pour des générations et des générations ensuite ?

Mercredi : Visite de l'aquarium. Le moment fort ? Quand T'chéri a fait mine de glisser sa tête entre les mâchoires d'un requin en plastique collé au mur. Réaction de Wan à ce moment-là et tous les jours depuis : "Oh ! Le requin, il veut manger Papa. Il est coquin ce requin !" Ah oui, quel coquin ce requin ! Le requin, de toute façon, est globalement coquin, n'est-ce pas ? C'est tout juste le qualificatif que je cherchais dernièrement en regardant Les Dents de la mer.

Jeudi : hmmm qu'il est bon de buller quand T'chéri est en repos, RAS donc, mais ce n'est pas pour me déplaire.

Vendredi : un Wan très excité à l'idée d'acheter le sapin de noël le lendemain. Il est à fond dans l'esprit de Noël cette année, à tel point qu'il voudrait également un sapin pour lui et un sapin pour son frère dans leur chambre. On s'est contenté de rajouter des guirlandes au-dessus de son lit et un père noël à la vitre, hein !

Samedi : comme il n'y a pas que la famille fola qui est drôle, je vous retranscris l'échange de 2 étudiantes conversant derrière moi dans le métro :  - Nan, mais le prof y voulait qu'on s'apprenne ça par coeur, moi je voulais pas m'apprendre ce truc !
- Ouais mais en même temps, y suffisait de l'apprendre par coeur et de le recracher.
- Ouais nan mais déjà que je me suis avalée toutes ses formules, avec ses exponentielles (ndlf : euh je crois que c'est ça, moi j'ai un peu perdu le fil, j'suis une de ces billes en maths)....
- Ouais puis nous c'est même pas des maths, le cours ça s'appelle "méthode de calcul" (ndlf : misère mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. C'est moi ou les mathématiques sont en grande partie des méthodes de calcul ?)
- Ouais, bah moi le prof, j'ai refusé de l'apprendre son truc, là ! Plus d'une page, c'est n'importe quoi. Je lui ai dit.
- Ah ouais ???
- Ouais j'suis allée le voir à la fin de son cours et je lui ai dit "Nan, mais ça sert à rien, j'vais pas m'apprendre ça moi ! Garde la pêche, cousin." Nan, mais il a rien dit, il est trop ce prof, je le kiffe !
Voilà, voilà, il m'a fallu beaucoup de self-control pour ne pas exploser de rire et je crois que c'est officiel, je la garde pour moi et je la reprends à l'envie c't'expression face aux gens qui débloquent. D'ailleurs je devrais peut-être tester sur l'instit de Wan : "nan mais garde la pêche, cousine !!! Mon fils s'améliore de jour en jour."

Dimanche : une petite année de plus pour votre serviteuse : 33 ans au compteur. Je sais, je sais je ne les fais pas, j'ai la plume très jeune.

Bonne semaine à tous et à très vite !

samedi 3 décembre 2011

Un aquarium tropical... à la porte Dorée

Et oui, et oui, il fait gris dehors, la pluie tombe à verse, l'humidité s'infiltre jusque dans les os. De quoi avez-vous donc envie ? De soleil, de chaleur, de rêve ? Bingo ! J'ai tout ça (moins le soleil mais ce n'est qu'un détail) et sans faire 12h d'avion - enfin, ça dépend d'où vous me lisez. Bien sûr, si vous êtes en polynésie française, ça ne compte pas, mais je vous rappelle que dans ce cas-là mon aquarium tropical vous vous en battez l'oeil. Alors arrêtez de faire bisquer vos voisins et revenez plus tard nan mais oh ! Vous l'aurez donc compris, moi et mes muchachos, et même le T'chéri, nous sommes allés à l'aquarium tropical de la porte Dorée. Wouahhhh ce suspens que je vous avais mis en place... 


L'aquarium se trouve dans le Palais de la porte Dorée au même endroit donc que la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration. Ce palais est un vestige de l'exposition coloniale internationale de 1931. Architecturalement, c'est un joli petit bijou Art Déco et ce point à son importance puisqu'en y entrant, on peut avoir l'impression que tout ou presque y est resté à sa place depuis 1931. Je dis presque parce que le personnel n'est pas si vieux que ça, les raccordements électriques semblent au norme et il y a même un vidéoprojecteur dans l'aquarium. En revanche, à l'arrivée dans le grand hall, on est catapulté dans les années 30, en descendant les marches vers l'aquarium on se sent plonger dans l'histoire et même les structures de l'aquarium sont un peu vieillies. Bien sûr, pour certains cela peut sembler un peu vieillot et fatigué, mais personnellement, je trouve que cet aquarium fait partie de ces lieux qui sont tellement désuets qu'ils en deviennent atemporels. Il y a comme une mélancolie nostalgique, comme une impression d'arrêt dans le temps, dans cet aquarium et j'aime les atmosphères aussi fortes. 
Parlons de l'aquarium en lui-même à présent. Wan a beaucoup apprécié. Ce qui est très agréable dans ce genre de sortie, c'est que tout (ou presque) est à hauteur des enfants. Ils peuvent regarder tout leur soûl, toucher les vitres et approcher au plus près les poissons. 


Attention, séquence guimauve en vue, mais je ne peux m'en empêcher, l'aquarium a été une fois de plus l'occasion de voir mes deux loustics partager un maximum, je les ai senti l'un et l'autre comme immergés dans ce monde aquatique et ensemble je les ai trouvé trop choupinou (Ah ! Guimauve, quand tu nous tiens !). Dans le palmarès de ce qui a le plus plu, Wan a accordé la palme d'or aux  crocodiles tandis que Deuz accordait le prix spécial du jury à la rascasse volante (j'avoue qu'elle a une tête particulière cette rascasse). 
En fin de parcours, passage par la micro boutique de souvenirs, nous avons opté pour des livres (j'ai comme l'impression que ça ne vous étonne pas). Il n'y a pas un énorme choix mais j'aime le concept qui veut qu'ils choisissent vraiment de jolis livres plutôt que de proposer des dizaines et des dizaines de bouquins dont certains dans le lot seraient forcément pauvres intellectuellement et esthétiquement. 
Wan a adopté ce livre superbe et intelligent (mais peut-être aurais-je l'occasion d'en reparler). 
Et Deuz, ce joli petit livre à marionnette aux couleurs toutes douces et aux très belles illustrations. 

Le petit bonheur du lieu : il y en a plusieurs, en réalité. Le personnel est adorable, le lieu n'est pas figé et les enfants peuvent courir sans attirer la foudre des bien-pensants ou plutôt des bien-éducants, le prix est très abordable (4,50 euros pour les adultes, gratuit pour les enfants de moins de 4 ans et 3 euros de 4 à 25 ans), on est loin des prix de folie pratiqués par l'aquarium du Trocadéro. 
Le petit malheur : il y en a plusieurs aussi. Alors, d'accord c'est pour la bonne cause mais aïe, aïe, aïe, que calor ! On conseille de prévoir d'enlever du vêtements en arrivant, donc on évite les pulls cols roulés "inenlevables", etc. Il y a des escaliers, des escaliers et des escaliers et zéro ascenseur, escalators et autres aides à la poussette. Ici, comme on déteste la poussette dans le métro, comme d'hab on avait opté pour le porte-bébé, mais on a vu des mamans se galérer un peu, rien que pour descendre du hall à l'aquarium. 
Le moit-moit du lieu : c'est une première mais il y a un petit malheur qui peut être un petit bonheur ou vice-versa. L'aquarium n'est pas immense, il y a beaucoup d'espèces de poissons mais le clou réside dans les crocodiles. Pas d'immense requins, pas d'énormes tortues... Ici, on le classe dans la catégorie petit bonheur, tout simplement parce qu'on trouve que c'est largement suffisant pour des enfants de 1 et 3 ans. Wan a été envoûté par les crocodiles et même le tout petit requin était sensationnel à ses yeux. Ne jamais sous-estimer la haute capacité d'émerveillement d'un enfant. 

Bonne visite à tous et à très vite !!! 

mercredi 30 novembre 2011

Anatomie d'un lendemain de fête !

Tiens, tiens ! Revoilà, votre cobaye préféré ! Comment ça qui ? Bah moi, pardi ! Qu'ai-je testé pour vous ces derniers temps ? Et bien, je vous le donne en mille (Emile, ahahah ! Il me semble que je l'ai déjà faite celle-là, nan ?), j'ai testé pour vous les lendemains de fête avec enfants, mais sans gueule de bois.



Et oui, messieurs-dames, vous pouvez me féliciter, la seule présence d'esprit que j'ai eu dans cette soirée, a été de ne pas boire (ou très peu, une coupe de champagne ça ne saurait se refuser) parce que je pensais déjà que le lendemain matin notre amie Liberty (j'ai décidé de surnommé comme ça la baby-sitter, à vous de deviner pourquoi, et je pense que nul besoin de Patrick Jane le mentaliste pour comprendre pourquoi) ne serait plus là pour s'occuper des loustics. Il n'y aurait plus que moi avec eux, ou plutôt moi contre eux, tout contre (pour pasticher Guitry) ! Bref, pour l'alcool j'ai été forte, j'ai su résister mais pour le reste, j'ai fait la fête, avec un grand F, parce que c'est pas le tout d'embaucher Liberty pendant 6 heures, de s'acheter des accessoires pour le déguisement, de prendre le taxi, et tout le toutim, mais faut savoir en profiter aussi.
Concrètement, voir même abstraitement, que se passe-t-il donc les lendemains de fête pour une maman avec 2 loustics en pleine forme ? Allons-y de haut en bas !
Les cheveux : ils n'ont pas mal mais ils sont tout de même un peu fatigués. Comprenez, ils ont voleté toute la nuit à vos côtés. Ils ont pris l'eau, enfin la sueur, le maquillage (because soirée déguisée et vous avez choisi d'être en avatar, du coup les pauvres sont tout bleus), les confettis et les serpentins ! Et même après un shampoing et un micro-masque, "micro" parce que les chouchoulous n'ont pas la patience d'attendre la pause de 30 minutes de votre super soin régénérateur, ils sont toujours ternes, raplapas, flappys. Ils ont besoin de dormir, comme vous et comme le reste de votre corps mais a priori pas comme votre progéniture qui a du tonus à revendre, merci, merci madame la marquise !
Les yeux : Comment ça ils sont toujours dans leurs orbites, bien positionnés ? Tiens, c'est étonnant moi j'aurais juré qu'ils s'étaient légèrement décalés. J'ai ressenti très concrètement le poids de l'expression ne pas avoir les yeux en face des trous. Pour remédier à cet état de fait, une seule solution, fermer les yeux quelques minutes, voir quelques heures. Ah ? Ca s'appelle dormir ? Ah bah non, alors, les chouchoulous ne sont toujours pas enclin à cela, il ne reste plus qu'à tout regarder de travers... 
Les oreilles : Ah parlons-en de ces traitresses ! Elles vous font un coup étonnant. Elles vous font entendre des choses qui n'existent pas. Non, mais là vous vous dites que j'ai menti au début de l'article et que j'ai bu ce soir de fête, voire même le lendemain mais vous allez vite comprendre. Vos oreilles vous font croire que vous entendez de la musique alors qu'il n'y en a pas ! Vos oreilles (à moins que ce ne soit votre cerveau mais un lendemain de fête on ne reconnait plus tellement ses organes) vous font d'ailleurs écouter toujours la même chanson. Une chanson qui est passée durant la soirée, souvent et bizarrement pas celle sur laquelle vous vous êtes le plus éclatée, une chanson qui passe en boucle dans votre tête comme un message d'outre-tombe, non que dis-je, un message d'outre-fête. Dans mon cas, j'ai passé mon dimanche dans les années 90 (oui, je sais, pas les meilleures années, celles où j'étais ado, beurk) avec Sing Hallelujah en fond sonore. Oui, oui, vous avez le droit de me plaindre les loustics en pleine forme plus Dr Alban, ça fait beaucoup, et même beaucoup trop, pour une seule femme, et pourtant j'ai survécu. 
La gorge : Bof, ça va, rien de bien grave. Non, le vrai problème c'est votre voix, un délicieux et délicat mélange de Robert (votre déménageur), Roger (votre charcutier)  et Dark Vador (votre côté obscur). Du coup, quand vous dites à vos enfants "ne me parle pas sur ce ton, je suis ta mère", ils ont une terrible envie de vous répondre "non, non, je suis ton père, kssshh kshhhh" (ils connaissent leur classique que voulez-vous).
L'estomac : C'est là que le bât blesse, ce qui fait se demander mais pourquoi n'ai-je pas bu plus si c'est pour en arriver à un résultat similaire ? J'ai tout de suite la réponse. Parce qu'il y a la migraine en moins et parce qu'on est nauséeuse mais beaucoup moins tout de même. Oui, les lendemains de fête, étrangement on n'a quasiment rien mangé, quelques curlys mélangés à des petits bouts de pain surprise et un peu de chips ; un peu de salade de pâtes, quelques pilons de poulet qu'on n'a même pas vraiment rogné, et vaguement un peu de pâté ; 3 bouchées de gâteau au chocolat en dessert, mais rien de furieux. Et pourtant, nous voilà avec l'impression bizarre d'avoir manger un festin, d'avoir bâfré ignoblement, la sensation de l'après-repas de noël, de l'après-repas de mariage... Pourquoi donc ? Et bien parce que vous avez tout mélangé en petite quantité mais quand même et qu'ensuite vous avez eu la bonne idée de secouer. Quelle idée juste après le repas de vous mettre à sauter, danser, chanter, voire brailler, comme une sauvage ! Vous saviez bien que ce n'était plus de votre âge, nom d'une pipe en bois !
Vos jambes : Et bien, elles s'en sortent plutôt bien finalement les cocottes. On aurait pu croire que cette soirée à danser sur le dancefloor, qui en l'occurrence était en pente, à enchaîner des pas incroyables, à inventer des prouesses jambières hors du commun aurait atteint vos pauvres guiboles. Et bien, finalement très peu. Cela sert au moins à cela de courir sans cesse après les loustics, de courir à droite, à gauche après l'un qui veut sortir du parc et l'autre qui veut escalader le mont tourniquet. Félicitez-vous, vous avez la jambe légère, la jambe conquérante, la jambe des jambes ! Et remerciez-vos enfants qui en ce dimanche en ne baissant pas de régime vous aide à entretenir ces jambes de rêve. 
Vos pieds : Alors, là, ça dépend de votre optimisme au début de la soirée. Deux cas de figure : vous avez été très optimiste, vous avez enfourché vos escarpins à talons de 8 cm, ou pire vous êtes une optimiste illuminée, vous avez serti vos pieds de stilettos (inconsciente ne puis-je m'empêcher d'ajouter) et là, vous douillez. Et quand vous lisez la version d'Andersen de La petite sirène à vos enfants - vous savez la version où à chacun de ses pas "il lui sembl[e] marcher sur des aiguilles pointues et des couteaux aiguisés" - vous vous sentez en totale osmose avec l'héroïne (sans parler de cet abruti de prince qui ne voit pas la perle qui se trouve à portée de main, ça c'est un autre sujet) ; soit vous avez été très réaliste, ou comme moi ça n'allait nullement avec votre tenue, et vous avez opté pour des chaussures confortables, vos pieds vont plutôt bien, même si vous ne diriez pas non à un léger bain de pied, une bonne pédicure, un massage des orteils. Si certaines ont réussi à mettre au monde des enfants dans les modèles manucures-pédicures, j'attends vos recettes, parce que moi, je fais plutôt dans le casse-pied. 

La conclusion de votre cobaye : le meilleur dans les lendemains de fête, c'est la nuit qui suit, quand les enfants dorment et qu'épuisé votre cerveau cesse de vous passer du Dr Alban et vous laisse faire une nuit des plus régénérante. 

Bonne soirée à tous et à très vite !

lundi 28 novembre 2011

Brèves en retard ! #10

 Voilà, voilà, les brèves toutes fraiches arrivent ! Elles ont au moins le mérite d'être plus fraiches que moi après un week-end festif mais moins fraiches que le temps qui commence à sérieusement glacer les os !!! Alors, que s'est-il passé la semaine dernière dans votre feuilleton préféré (mais oui, ne soyez pas timide, je sais bien que ma vie vous transcende !!!) ? 



Lundi : Qu'il est bon de ne rien avoir à organiser ! Pas d'anniversaire, pas de fêtes, pas d'idées gâteaux ! C'est bon le calme, savourons, aoummmmmmm !

Mardi : Nous sommes dans la salle de bain Deuz et moi ! Le bain coule et je finis de préparer les affaires des enfants, Deuz est à mes pieds, je ne regarde clairement pas ce qu'il fait ! Je finis de placer son drap de bain sur la table à langer quand j'entends "héhé", autrement appelé "le petit rire qui sent la bêtise" ! Et pour cause, c'est tellement drôle de faire flotter ses couches neuves dans la baignoire ! Voilà, voilà, merci Deuz pour ton sens créatif !

Mercredi : Une fois de plus, annulation d'une activité pour cause de sieste tardive de Deuz avec en prime grosse déception pour Wan ! Je décide donc officiellement qu'en royaume de Fola, à présent, Deuz fera ses siestes en sortie et en portage le mercredi après-midi, pour que nous ayons une chance de vivre un peu notre vie !

Jeudi : En vue d'une soirée déguisée, je teste des lentilles de couleurs qui doivent me faire l'oeil jaune ! Je les porte toute une partie de la soirée et quand je décide de les enlever pour aller me coucher, je me rends compte qu'il en manque une ! Nous voilà avec T'chéri à 23h30 en pleine recherche, comprenez à 4 pattes dans le salon avec quelques verres de beaujolais nouveau dans le sang en train de chercher cette "&#@!!!" lentille (la décence nous empêche de partager les qualificatifs employés à ce moment-là) ! Rien de rien, nous ne trouvons rien, nous allons nous coucher passablement contrariés !

Vendredi : J'ai passé une mauvaise nuit à rêver de ces fichues lentilles, j'ai visualisé une bonne partie de la nuit tous les endroits où elle a pu se glisser ! Le matin, je me lève et je te bouscule, euh non, et je retourne tous les endroits visualisés dans la nuit ! T'chéri commence à en avoir ras la casquette (pour rester polie, toujours !) et propose même de me racheter une paire de lentilles pour avoir la paix !!! Je dis que non, je ronge mon frein en silence ! Quand je ne peux m'en empêcher, je lâche : "Et puis, en plus d'avoir perdu cette satanée lentille, j'ai encore une gène à l'oeil droit !" ! Je crois que je garderais ad vitam eternam en mémoire la tête du T'chéri découvrant que la lentille est tout simplement allée se nicher dans le coin de mon oeil ! Un savant mélange d'incrédulité, d'énervement et de soulagement ! Oups pardon T'chéri !

Samedi : J'ai beaucoup aimé le côté désabusé du chauffeur de taxi qui nous a pris après la soirée, le T'chéri en M&m's et moi toute bleue déguisée en avatar ! La preuve que les taxis parisiens en voient de toutes les couleurs (c'est le cas de le dire) et ne s'étonnent plus de rien !

Dimanche : Je me rends compte que dans mon article Pourquoi ? j'ai oublié un "pourquoi" majeur ! Pourquoi les lendemains de fête les enfants se lèvent plus tôt que d'habitude, ne veulent pas faire la sieste et optent pour la tenue caractère-pourri-du-dimanche ? Oh oui, pourquoi ? 

Bonne semaine à tous et à très vite !!!

vendredi 25 novembre 2011

Le Père Noël high tech

Un simple petit post pour dire que le Père Noël est de retour sur la toile ! Et oui, pour tous les petits geeks, le Père Noël Magique est de retour !
Rien de plus parlant qu'une petite vidéo pour vous montrer le Père Noël en action, alors zou, on clique sur l'image ! 


Ici, Wan a adoré la réponse du vieux bonhomme généreux ! Il est resté comme fasciné par ce Père Noël qui s'adressait directement à lui (même Deuz a été assez charmé par les élucubrations de l'homme à la barbe chenue) ! Il a bien entendu demandé à le voir, à le revoir, à le re-revoir... Attention, si vous n'avez pas beaucoup de temps devant vous, ne lancez pas la vidéo car il sera difficile ensuite de ne pas la passer 3 à 10 fois d'affilée !!! Heureusement, le bon côté des choses, c'est que vous pouvez annoncer à votre progéniture qu'il reverra le père noël plus tard, qu'il le reverra à l'envie, c'est d'ailleurs le point bien pratique de la chose, le père noël qui baby-sitte vos enfants quelques minutes, le temps de finir le repas, ranger la salle de bain après leurs bains, tout ça, tout ça !
La petite alternative rigolote, c'est que vous pouvez aussi choisir de l'envoyer à un adulte et là, faut quand même bien avouer que c'est poêlant ! D'ailleurs, si vous avez des messages à faire passer à votre chéri, votre belle-mère, vos amis, ça marche bien puisque le gentil père noël donne un challenge à son destinataire "cette année apprends à écouter ta femme", "cette année soit moins agressif", "cette année soit plus généreux", et voilà ni vu ni connu, c'est le Père No qui se charge du message, si elle est pas belle la vie !!!

Bon week-end à tous et à très vite !

mercredi 23 novembre 2011

Avant les enfants ? Je ne sais plus...

Aujourd'hui, c'est décidé on va se faire du mal ! Oui, c'est le côté sadique en moi qui parle !!! Mais comme j'suis solidaire, je vais vous faire du mal mais m'en faire à moi aussi ! Je vous sens crispé(e)s, non ? Allons, allons, j'exagère (mais si peu) ! On va se faire du mal mais version, "si je gagne au loto, je m'acheterais un million de choses ! Ah mais mince j'ai oublié de jouer à la super cagnotte du jour" ! Dans la vie, il y a 2 types de Maman (bon, en vrai, il y en a bien plus, mais pour mon argumentation c'est plus simple !), il y a celles qui disent : "j'ai l'impression que mon chouchouloulou a toujours été là, je ne me souviens plus comment c'était avant lui" et puis il y a les autres !!! Devinez donc à quelle catégorie, j'appartiens !

On ne va pas faire durer ce suspens insoutenable plus longtemps ! Oui, vous l'aurez compris, je fais partie de la deuxième catégorie, celle qui se rappelle parfaitement comment était la vie avant les enfants ! Et oserais-je le dire ? Oui, allez, j'ose, j'suis un peu là pour ça quand même, je fais partie de la catégorie qui se rappelle comment était la vie avant les enfants et comme c'était bien !!! Si vous faites partie de cette catégorie, vous me comprendrez, si vous faites partie de la catégorie "j'ai oublié", bah je vais vous faire remonter les souvenirs à la surface, moi !!! Nan parce que celles et ceux qui ne se souviennent pas veulent nous faire croire que c'est parce qu'avoir des enfants ce n'est "que du bonheur !" En vrai ils ne se souviennent pas parce qu'ils ont refoulé ! Leur subconscient a préféré refouler ces moments de bonheur au fond de leur inconscient, histoire qu'ils puissent tenir le choc du quotidien, je vois que ça !!! Donc, donc, donc ! Comment que c'était avant les chouchoulous, les loustics, les amours ? 
Entrons dans le vif du sujet :
1) En tête de liste, rappelons-nous comme c'était bien de dormir ! Ah oui, dormir, dormir ! Dormir du sommeil du juste, dormir sans fin, dormir sans être en veille au cas où quelqu'un appellerait ! Dormir, 8, 10, 12, 14 heures d'affilé ! Dormir la nuit, dormir le matin, voire même dormir l'après-midi !
2) Ensuite rappelons-nous comme c'était bien de dormir ! Comment ça je l'ai déjà dit ? Ah oui, notez ma préoccupation première actuellement ! Alors, j'ajoute dormir jusqu'à 11h, nan dormir jusqu'à midi, nan encore mieux, toujours plus loin, toujours plus haut, dormir jusqu'à 14h !
3) Sortir ! Quand on veut, le jour, la nuit ! Sortir à 14h, là comme ça, sans se dire qu'on doit rester à la maison parce qu'il y a une sieste, sortir à 21h30 parce que le frigo est vide et qu'on a envie d'un macdo, sortir à 2h du mat' pour rejoindre des potes en boîte, et surtout sortir sans avoir à s'organiser ! Mais oui, bon Dieu, faites un effort, souvenez vous d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, souvenez vous du temps où vous disiez "tiens je sors" et vous sortiez ! Non, vous n'appeliez pas, les papys, les mamies, les tantes, les neveux, les nièces, les cousins, la voisine ou la baby-sitter pour sortir, vous ne laissiez pas le réfrigérateur plein pour sustenter la famille en votre absence ! Vous preniez votre sac à main, votre carte bleue (faut quand même un minimum d'organisation quand on n'a pas d'enfants) et vous vous envoliez gaiement telle une hirondelle vers votre vie de femme libre (oui, j'ai tendance à devenir mélo-dramatico-bucolique quand je me souviens !) !
4) Tenir avec un frigo quasi vide pendant plus d'une semaine ! Eh oui, ça fait déjà 3 fois que je mentionne notre copine la boîte réfrigérée mais quand on est parent la popote c'est un peu le nerf de la guerre ! Et puis, comme à défaut d'être des parents gagato-miello-pamoisonnant, on est quand même des parents responsables et que non, non, décidément pendant une semaine le régime fin de placard du type "pâtes-chips-kinderbueno-fonddepotdenutella-saucissonsec" c'est exclus , il faut remplir les susdits placards !
5) Dans la catégorie alimentaire, on se rappelle du temps où notre caddy de courses était rempli à rabord car nous avions 40 invités de prévus dans notre 30m2 et qu'à défaut d'espace dans ces cas-là il faut à manger et surtout à boire ! A présent, on pousse son caddy surchargé de victuailles jusqu'à la caisse livraison, on regarde ses 52 laitages - yaourts, petits suisses et flanby confondus - ses kilos de fruits et légumes et ses10 briques de lait, en sachant que dans une semaine on sera à peu près au même endroit avec à peu près le même caddy ! Ô joie d'avoir 3 individus mâles à la maison ! Saviez-vous que même à un an l'être humain mâle dévore, dévore, dévore et dévore (oui, oui, 4 fois par jour, ciel) !!!
6) Zéro rythme ! Voilà, rien que quand je l'écris j'en ai des frissons ! Replongeons dans ces journées d'hiver où nous trainions en pyjama, où nous déjeunions d'un paquet de palmitos en jouant des heures à la playstation ! Nous nous lavions à 18h, après avoir regardé 5 épisodes de 24h chrono, nous endormions à 5h du mat' pour finir le dernier Harry Potter ! Misère ! Que c'était de bon de ne pas être réglée comme une montre suisse : 9h réveil des enfants, 12h15 repas du petit, 12h45 sieste du petit, 13h repas avec le grand, 13h30 sieste du grand, 14h15 (quand il est sympa) réveil du petit, 15h30 réveil du grand, 16h goûter, 18h bains des enfants, 19h15/19h30 (oui un peu de marge quand même !) repas des enfants, 20h coucher du petit, 20h15/20h30 coucher du grand ! Alors donc, ça c'est le rythme des enfants, le mien quel est-il ? Le même que celui des enfants, pardi !
7) Passer des heures au téléphone en pleine journée sans avoir l'impression qu'autour de soi la 3eme guerre mondiale est en œuvre ! Non, franchement, vous avez remarqué vous aussi la propension, que les enfants ont, à nous coller un foin formidable quand on est au téléphone !!! Oui, oui, il y a 3 minutes, assis à sa table, il faisait un puzzle calmement, maintenant que vous êtes au téléphone en pleine discussion fondamentale sur "pour ou contre la robe de mariée noir" ou "l'accouchement comme création artistique", il chevauche sa voiture, fonce sur son petit frère, roule sur les jouets et quand enfin il finit par trouver qu'assembler des légos c'est plus rigolo, le deuxième fonce sur vous à toute vitesse du haut de son 4 pattes ét régurgite à vos pieds ! Pourquoi, mais pourquoi ?
8) Prendre un bain !!! Oui, non, mais ça n'a l'air de rien mais rappelons les éléments de base de l'enfant en bas âge : "rendre compliqué tout ce qui nous paraissait simple avant !" ! Oui, alors lui, eux, ils prennent un bain peinard tous les soirs ! Ils jouent, ils arrosent, ils se créent leur piscine à vagues personnelle, en gros ils s'éclatent ! Donc, ils ne comprennent pas que pour vous bain rime avec "luxe, calme et volupté" (ou au moins avec calme, on est prêt à brader le luxe et la volupté si cela nous laisse un peu de calme) ! Ils veulent rentrer dans le bain avec vous, ils veulent vous arroser pour que vous vous marriez un peu, ils veulent vous frotter le dos (euh nan, ça nan, si seulement !), et puis bien sûr, ils veulent faire caca à ce moment là, ils se sont fait mal et ils ont besoin d'arnica, ils ont coincé leur jouet préféré dans le radiateur... La vie quoi !
9) Ne pas faire Koh Lanta à chaque fois que l'on traverse son appartement ! Oui, que celles qui n'en ont jamais eu assez de slalomer dans leur salon pour atteindre leur cuisine, leur salle de bain ou leurs  toilettes, me jettent le premier jouet ! Ah ! Je me souviens quand mon appartement n'était pas un champ de bataille, quand je pouvais aller dans ma cuisine les yeux fermés sans m'écorcher les pieds sur des légos trainant (vous sentez le gros vécu là ?) quand aller jusqu'à la salle de bain ne s'apparentait pas à une course d'obstacles avec saut au-dessus du cheval à bascule, fosbury au-dessus de la pile de bouquins jeunesse et saut en ciseaux au-dessus des fauteuils des enfants ! C'était quand même vachement bien de pouvoir passer le balai sans avoir à ramasser la moitié d'un magasin de jouets avant de s'y mettre !
10) Bah oui, en parlant de balai, parlons ménage ! C'était bien de ne pas être une fée du logis ! C'était bien de ne pas passer la serpillère tous les soirs parce que le petit a régurgité un peu partout et que décidément on ne peut pas continuer dans cette odeur très particulière ! C'était chouette de ne pas faire tourner 14 machines par semaine et de voir son bac à linge à moitié vide ! C'était chouette de ne pas trouver la moitié du repas en ombre portée de la table de la salle à manger ! Ah c'était chouette le ménage une fois par semaine, voire une fois toutes les 2 semaines, et même avouons-le une fois toutes les 3 semaines (avec des petites retouches d'accord, mais si petites !) ! 

Ah oui, c'était quand même bien avant, j'ai envie d'ajouter mais pourquoi a-t-on fait des enfants, pourquoi ??? Et bien, je vais vous le dire moi ! Le problème avec ces 10 points, c'est qu'ils sont assez légers finalement parce que rien qu'avec un sourire, oui, oui, un seul, pas deux, pas trois, pas 10, rien qu'avec un sourire, Wan et Deuz balayent tout ! Finito les nuits sans sommeil, ad patres les corvées ménagères, un sourire rayonnant, un sourire bien placé, un sourire au matin, et voilà nos 10 points réduits à néant ! 

Bon "jour des enfants" à tous et à très vite !

dimanche 20 novembre 2011

Brèves #9

Ca y est, on y est ! Mes deux loulous ont fêté leurs anniversaires ! Ce qui veut dire qu'un peu de calme va revenir dans cette maison puisque j'en ai terminé avec les préparatifs des diverses fêtes ! Ce qui veut également dire que je suis à peu près tranquille pendant un an avant de me reprendre un bon coup de vieux dans les dents ! Mais pourquoi les enfants sont-ils notre révélateur des années qui passent ?

Bon, je ne vous ai pas prévenu (je n'ai pas osé !) mais c'est le grand retour des brèves plus que brèves parce qu'une fois de plus, pas de pause en ce dimanche, grève de la sieste des bonhommes oblige !!! Je vais donc vous la jouer quelque peu à l'envers et quelque peu lacunaire !
Ce jour, j'ai éclaté de rire dans la rue quand j'ai fait remarqué à Wan que son Nounours ne savait pas marcher et qu'il m'a répondu "Bah c'est normal Maman, il a pas de jambes !!! Faut qu'on lui achète des jambes à Nounours" ! Hier, j'ai adoré la sincérité avec laquelle la bouche pleine de hamburger Wan m'a dit :"hmmmmm, c'est bon Maman, j'avais trèèèèèèès faim !" Bah voilà mon bonhomme "joyeux anniversaire !" ! Vendredi, j'ai détesté que le 1er jour de repos de T'chéri soit annulé et qu'il aille travailler ! Jeudi, j'ai gardé pour moi mon énervement contre la maîtresse et j'ai ravalé ma colère contre ce système qui veut que tout aille toujours plus vite, même nos enfants de 3 ans ! Mercredi, j'ai laissé tomber le projet "balade avec les enfants", lorsque Deuz a décidé de commencer sa sieste à 14h45 ! Mardi, Wan et moi avons enfin distribué les cartons d'invitation pour son anniversaire, il était temps à 4 jours de la date ! Et lundi, nous sommes restés à 3 à la maison, avec un Wan qui nous a fait des poussées de fièvre inexplicables qui ont disparues comme par enchantement (grâce un peu à nos amis advil et doliprane tout de même) le mardi ! Les voies de la santé des enfants sont décidément impénétrables !

Bonne semaine à tous et à très vite !

samedi 19 novembre 2011

3



Troie comme le nom de cette ville disparue...

Trois comme trois petits cochons !

Trois comme trois pattes à un canard ! 

Trois comme 1+1+1 !

Trois comme "attention, je vais compter jusqu'à 3" !

Trois comme la sainte Trinité...

Trois comme les suisses ! 

Trois comme les mousquetaires !

Trois comme le train qui sifflera...

Trois comme le temps d'une valse...

Trois comme jamais 2 sans trois !

Et trois comme ce que nous sommes devenus ce 19 novembre 2008 ! 

Trois ans, c'est le joli âge que tu fêtes aujourd'hui et qui nous rappelle à quel point le temps passe vite et plus encore depuis que tu es là ! 

Joyeux anniversaire Neumbeurre Wan !

mardi 15 novembre 2011

Le grand absent !

Il y a quelques jours avec Wan, nous avons fait le tour des catalogues de jouets, nous avions enclenché la mission lettre au Père Noël ! Wan a choisi, j'ai découpé et collé (l'éclate totale !) et lorsqu'on a eu terminé la lettre au vieux bonhomme généreux, je me suis demandée intérieurement ce que le vieux bonhomme généreux en moi allait sélectionner ! C'est à ce moment-là que je me suis rendue compte qu'il manquait quelque chose sur la liste de Wan, qu'il manquait quelque chose dans les 4 ou 5 catalogues que nous avions scrupuleusement explorés ! J'ai repris les catalogues, voulant  me persuader que j'avais sauté quelques pages ! Mais non, décidément, ils n'y étaient pas, ils étaient les grands absents !!!

Alors là, vous vous tournez les ménages (et non pas vous tournez les manèges) mais qui, qui ? Qui, nom d'une pipe ? Comment ça, on en laisse certains aux portes de Noël mais c'est inadmissible, c'est un scandale, que fait la police ? Oui, oui, c'est la vraie question que fait la police de la connaissance et du rêve ? Car voyez-vous, moi, j'ai bien cherché, j'ai bien tournicoté et je n'ai pas trouvé un seul livre dans mes catalogues de jouets ! Oui, alors j'en entends certains dire, "oui mais en même temps ce sont des catalogues de jouets, donc bon, les livres ce ne sont pas des jouets" ! Moi, je dis oui, mais dans ce cas-là, va falloir m'enlever de ces catalogues les Dvd, les appareils photos numériques, les caméscopes et autres ordinateurs parce que jusqu'à preuve du contraire ce ne sont pas des jouets non plus ! Non, je m'indigne, parce que c'est chouette de nous proposer du loisir ludo-éducatif, des mini-ordinateurs pour qu'ils apprennent, des quiz pour qu'ils découvrent en s'amusant !  Mais le livre, hein, l'ouverture sur un imaginaire, l'acquisition de vocabulaire, les émotions avec un grand E, c'est quoi ? c'est rien ? Poubelle ? Place aux écrans sans cesse, toujours, toujours plus ? Une histoire ? Y a la télé ! Une question ? Y a l'ordinateur ! Non, mais entendons-nous, loin de moi l'envie de cracher sur la technologie tout ça, tout ça ! Ca serait quand même un comble que moi l'internetophile, la télévore, la cinéphage, je jette l'anathème sur les engins technologiques ! Mais pourquoi les uns devraient nécessairement remplacer les autres? Moi, j'adore mon souk de livres et d'ordi, je m'épanouis en pianotant entourée de mes bouquins ! Et je sais qu'inévitablement Papa Noël aura dans sa hotte quelques bouquins pour mes loustics ! Je suis tout de même triste que cet ami de toujours ait disparu sans bruit des cadeaux potentiels et que sans drame il ne doive plus faire partie des rêves de nos loustics au pied du sapin ! Non, moi, en cette pré-pré-pré-période de noël (c'est fou d'ailleurs comme chaque année, j'ai l'impression que l'avant noël commence plus tôt, à ce rythme-là, on va bientôt devoir préparer noël fin août, au retour des vacances), mes pensées vont à toutes ces pages, toutes ces lignes, toutes ces histoires, toutes ces pensées reléguées au rang de cadeau sérieux et non plus de cadeau amusant et je trouve que ça ne rend pas le monde plus joli ! Alors un petit geste pour tous ces bouquins, en signe de solidarité, glissez en un dans les souliers au soir du 24 décembre ! Et pour ne pas vous ruiner, je vous propose même une petite sélection "cheap" : 

Découverte du doux univers du Petit Prince pour les tout-petits (6 mois-2 ans) pour 5,50 euros !


Rire garanti pour 2,30 euros (à partir de 2 ans et demi) ! 

Emotions et blagues à ne pas reproduire (pour les 7-10 ans) pour 5,50 euros ! 

Frissons et fous-rire pour les plus grands (10-12 ans) pour 3 euros ! 


Bons achats de noël, bonne lecture à tous et à très vite !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...